Vidéo : la prévention auprès des jeunes, une des clés de la lutte contre le sida

163
0
SHARE

Le 1er décembre a lieu la journée mondiale de lutte contre le sida. Entre 30 et 40 millions de personnes en sont mortes depuis le début de l’épidémie. L’un des enjeux de cette journée est la prévention auprès des plus jeunes.

Le 1er décembre, c’est la journée mondiale de lutte contre le sida. Cette maladie, qui a déjà tué 35 millions de personnes, continue de faire des ravages. En 2016, le VIH a contaminé une nouvelle personne toutes les 17 secondes, soit 1,8 million de personnes en 2016, dont deux tiers en Afrique. Et le combat piétine : chez les adultes, le rythme des nouvelles contaminations sur la planète n’a que faiblement diminué ces dernières années, de 1,9 million en 2010 à 1,7 million en 2016.

L’une des clés de cette lutte contre le sida est la prévention, notamment auprès des moins âgés. La brigade itinérante du plaisir (BIP), au-delà de son nom presque poétique, est une unité mobile de proximité qui informe les jeunes des questions liées à la sexualité sur leurs lieux d’études ou de loisirs. La brigade propose notamment un dépistage directement sur le campus, gratuit et rapide : une minute suffit. France 24 a suivi la BIP lors d’une de ses tournées.

« C’est les autres, c’est pas moi »

« Les jeunes ne sont pas forcément de moins en moins informés, explique Jean-Baptiste Lusignan, du Centre régional d’information et de prévention du sida (Crips) à l’origine du projet BIP. La plupart des gens savent que le VIH existe. Par contre, ils ne se sentent pas forcement concernés. Ils se disent : ‘C’est les autres, c’est pas moi.’ C’est vrai pour plein de gens, de pas être concernés ; encore faut-il le savoir, en avoir conscience. »

Pour les associations impliquées dans ce combat, à l’instar d’Aides, l’école devrait briser les tabous et davantage parler de sexualité. « On ne parle que des cas d’homosexualité, on ne parle pas de sexualité, on ne parle pas des pratiques à risque, déplore Aurélien Beaucamp, le président d’Aides. Tous ces efforts-là sont éludés par l’école étant donné que maintenant on a les traitements », estime-t-il.

Malgré plusieurs décennies de campagne de prévention, il reste beaucoup de chemin à parcourir. Selon un sondage Ifop/Bilendi réalisé pour Sidaction, 28 % des 15-24 ans estiment toujours qu’ils ont moins de risques que les autres d’être contaminés, qu’ils soient en couple ou non (contre 44 % des Français). Et 12 % pensent que l’utilisation d’un produit de toilette intime est efficace pour empêcher la transmission du virus (15 % des Français).

Source France24

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here